Les démarches pour bénéficier de l’allocation pour adulte handicapé suite à un accident de travail

La vie peut basculer en un instant suite à un accident de travail, laissant derrière elle des stigmates profonds, tant physiques que psychiques.

Une lumière sur l’existence de l’allocation adulte handicapé #

Se réapproprier son existence après un tel événement peut sembler être un parcours du combattant. Heureusement, des aides existent pour aider à franchir ces épreuves. L’une d’elles est l’allocation adulte handicapé (AAH). Cependant, pour en bénéficier, certaines démarches sont à réaliser dans un ordre précis. Elles font le test de notre persévérance et notre volonté à faire face aux difficultés. L’avis de sa réussite peut être comparatif selon les personnes et les situations.

Conditions requises et démarches préliminaires pour obtenir l’AAH #

Pour pouvoir prétendre à l’AAH, il faut respecter certains critères. Tout d’abord, l’individu doit avoir plus de vingt ans, résider en France de manière permanente et légale. Le taux d’incapacité constaté suite à l’accident doit être d’au moins 80% . Si leur taux d’incapacité est compris entre 50 et 79%, la personne peut également bénéficier de cette allocation si elle présente une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi.

Avant toute chose, il convient de déclarer l’accident de travail à la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM). Cette déclaration est indispensable pour ouvrir d’éventuels droits à des indemnités journalières et à une prise en charge à 100% des frais médicaux. Par la suite, il est recommandé de se rapprocher de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) afin de mieux comprendre les démarches à suivre pour obtenir l’AAH. Un emploi du temps est alors établi, mettant à l’épreuve la endurance et la patience de l’individu.

À lire Votre rêve d’acquérir une maison : combien vous devriez gagner, le salaire minimum qu’il faut toucher

Dans ce parcours semé d’embûches, disposer des meilleurs conseils est primordial. Ainsi, solliciter l’aide d’une assistante sociale peut s’avérer judicieux. Elle pourra s’occuper des démarches administratives et orienter au mieux la personne vers les différentes aides existantes.

Formalités et demande de l’AAH auprès de la MDPH #

La demande de l’AAH s’effectue en plusieurs étapes. Sous l’égide de l’assistante sociale, le demandeur doit remplir le formulaire de demande de prestations liées au handicap, incluant l’AAH, téléchargeable sur le site de la MDPH. Une fois complété, ce formulaire doit être adressé avec les pièces justificatives à la MDPH du lieu de résidence du demandeur. Il est nécessaire de signaler tout changement de situation, sans quoi, l’AAH peut être suspendue.

Le dossier sera ensuite examiné par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées. Cette dernière rendra un avis sur l’éligibilité et le montant de l’AAH à attribuer. Pour ce faire, la commission se base sur le descriptif de la situation du demandeur (taux d’incapacité, difficultés rencontrées…). Le montant de l’AAH est variable en fonction de plusieurs critères tels que la nature du handicap, les revenus de la personne ou encore sa situation familiale.

Une fois la décision prononcée, la personne handicapée doit parfois attendre plusieurs mois avant de commencer à percevoir l’AAH. Cette période de latence, souvent difficile à vivre, peut cependant être contrebalancée par un effet rétroactif permettant de rattraper ce retard accumulé.

À lire Le nouveau Pass Colo de 350 euros est une aubaine pour vos projets de vacances en famille

Le chemin vers une vie plus sereine #

Faire demande de l’AAH suite à un accident de travail n’est pas une sinécure, les démarches peuvent sembler longues et complexes. Il faut de la patience, de la persévérance et une bonne dose de courage. Mais lorsque l’on dispose des meilleurs conseils et des informations adéquates, le parcours peut être moins ardu. De plus, l’AAH offre à son bénéficiaire une certaine liberté financière, essentielle à leur bien-être et à leur autonomie.